Réflexologie

IMG_0174

 La réflexologie est une pratique manuelle ancestrale.
Elle est basée sur une technique précise de digitopression qui considère que notre corps, ses organes, ses glandes se reflètent sur nos pieds, nos mains, notre visage.

A chaque zone réflexe correspond un organe, une glande ou une partie spécifique du corps. Des pressions rythmées appliquées sur ces zones réflexes permettent de localiser les tensions et de rétablir l’équilibre dans les parties du corps correspondantes.

UN PEU D’HISTOIRE…

La réflexologie existe depuis plusieurs millénaires et est pratiquée par diverses civilisations : égyptienne, chinoise, indienne, incas, indiens d’Amérique.

​La plus ancienne trace nous vient d’Egypte ancienne. Dans une tombe faisant partie de la nécropole de Saqquarah, on a retrouvé une fresque murale datant de 2330 av. J.C. représentant deux personnages en train de se faire traiter les mains et les pieds.

​Au IVème siècle a.v. J.C, en Chine, un acupuncteur du nom de Wang Wei utilisait les pouces pour exercer une pression profonde sur la plante des pieds afin d’accompagner le travail des aiguilles. D’où le nom « d’acupuncture sans aiguilles » qui est parfois donné à la réflexologie.

Les premières études scientifiques des réflexes reposent sur des travaux de neurologie menés à la fin du XIXe siècle en Europe. Ivan Pavlov s’est inspiré de ces recherches neurologiques pour établir sa théorie des réflexes conditionnés suivant laquelle il existerait une relation directe entre un stimulus et une réaction. Pour déclencher une réaction, il faut donc un stimulus. Les impulsions (stimuli) provoquées par la pression sur des zones réflexes du pied agissent sur le système nerveux autonome qui contrôle le fonctionnement neurovégétatif des organes, des muscles et des glandes.

Plus proche de nous, au début du XXème siècle, le Docteur ORL William HFitzgerald, découvre qu’une pression exercée sur une partie de la main ou du pied permet d’anesthésier des zones du corps. Dès lors, Fitzgerald établit ce que l’on nomme la « thérapie des zones » : il divise le corps en dix zones longitudinales (5 du côté droit et 5 du côté gauche) qui aboutissent à un orteil ou à un doigt. Cette théorie est à l’origine de la réflexologie actuelle.
​​
Dans les années 30, la kinésithérapeute américaine Eunice Ingham reprend cette théorie et l’affine. Elle vérifia l’emplacement de chaque organe sur le pied en travaillant sur des milliers de cas au sein de l’hôpital St Peterburg à Tampa en Floride. Elle mit au point la cartographie que nous connaissons actuellement.

Aujourd’hui les différentes méthodes de réflexologie plantaire (énergétique ou symptomatique) s’appuient sur les travaux d’Eunice Ingham.
La réflexologie plantaire est à présent très répandue dans les pays d’Europe du Nord. Elle y est considérée comme une thérapie et ​est intégrée dans les systèmes de soin.​​​​

​En France, elle est de plus en plus connue et de plus en plus de mutuelles remboursent partiellement ou totalement les séances de réflexologie.

COMMENT CA MARCHE ?

 

ACR-pieds 2

 

 

 

L’action de la réflexologie repose sur l’arc réflexe musculo-cutané-viscéral.

Le pied possède 7200 terminaisons nerveuses. La pression sur un point réflexe crée un influx nerveux qui, via la moelle épinière, induit des réactions physiologiques involontaires et inconscientes sur les organes, rétablissant ainsi leur équilibre. C’est la raison pour laquelle la réflexologie est considérée comme une méthode permettant l’auto-guérison du corps concernant des dérèglements fonctionnels. 

 

 

Réflexologie plantaire, palmaire ou faciale ?
Le motif conduisant à la séance induira le choix de la réflexologie adaptée. Cependant, il est certain que les réflexologies plantaires et palmaires sont assimilées à un traitement de fond et à un travail sur l’équilibre à long terme. Le Dien Chan sera plutôt utilisé pour son action immédiate sur des douleurs inflammatoires aigues ou un état de stress aigu.
Ces méthodes se complètent et peuvent être combinées sur une même séance.