Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

IMG_0219

L’ostéopathe et l’ostéopathie

L’ostéopathie est une méthode thérapeutique manuelle, référencée comme médecine non conventionnelle, cherchant à déterminer et résoudre les pertes de mobilité du corps humain. En effet, son fondement repose sur le fait que la perte de mobilité d’une structure (articulation, muscle, ligament, viscère), appelée dysfonction en ostéopathie, entrainerait un déséquilibre interne pouvant se manifester de plusieurs manières : douleurs, symptômes diverses, pathologies chroniques…

L’ostéopathe est un praticien de première intention, n’ayant pas besoin d’une prescription médicale pour prendre en charge son patient. Pour cela, il a reçu une formation médicale, lui permettant de réorienter son patient vers le professionnel adapté s’il considère que le motif de consultation présenté n’est pas de son ressort ou s’il nécessite des examens complémentaires approfondis avant la prise en charge.

Par sa sensibilité palpatoire et une connaissance approfondie de l’anatomie, l’ostéopathe s’emploiera donc à restituer la mobilité des différentes structures impactées. La complexité de sa pratique réside dans le fait qu’il doit trouver « la dysfonction initiale », celle qui aura entrainé une cascade de réactions induisant la maladie, la douleur, le symptôme…

 

Les principes de l’ostéopathie

L’ostéopathie repose sur plusieurs principes :

  • La prise en charge de l’individu dans sa globalité : l’être humain est un tout, il constitue une unité. Ainsi, le dysfonctionnement d’une structure aura des répercussions sur le reste du corps. Le traitement ostéopathique visera donc à restituer la fonction de la structure atteinte mais également l’équilibre de l’unité.
  • La capacité du corps à s’auto-guérir : le corps possède les moyens de combattre « la maladie ». Le traitement ostéopathique cherchera donc aussi à réactiver les systèmes de défense que l’organisme possède.
  • L’interrelation structure-fonction : une perturbation de la structure (os, muscles, tendons, ligaments, viscères) aura des répercussions sur la fonction (mouvement, rôle organique…).